Eddy de Pretto, le Génie des Mots version 2018 !

Eddy de Pretto
Eddy de Pretto

 

Eddy de Pretto, je suis tombé sur son album, au hasard des rayons Fnac. Ne connaissant pas, j’ai cherché sur youtube et sur tombé sur « Kid ». Suis tombé amoureux de son texte et sa mélodie et ai acheté l’album ! Révélation de l’année du rap français, il a commencé dans le milieu du cinéma, tournant dans des pubs et des longs métrages comme « Paulette » en 2013. Il s’est formé et a acquis toutes ses connaissances à l’Institut Supérieur des Arts et de la Scène, à Paris. Après un premier EP « Kid » sorti en 2017, il revient en 2018 avec un album. Voyons cela de plus près !

De Pretto, de l’audace

Posture nonchalante, smartphone à la main, tête sévère, fermée, froide ; Assis sur une chaise, pied sur la table, prêt d’un radiateur, peut-être comme un mauvais élève en classe. Voici comment le chanteur de « Kid » apparaît sur sa pochette. Une pochette simple, mais efficace et audacieuse !

Première chanson, « Début ». Une intro qui pourrait être efficace en live, des sons électroniques, des voix presque off, j’imagine le chanteur arriver sur scène à ce moment là. On enchaine directement sur « Random ». La magie opère immédiatement et je comprends enfin son surnom « Génie des Mots ». Nous découvrons un texte complexe, profond, écorché et parfaitement bien pensé. J’ai l’impression qu’Eddy de Pretto me parle, en tous cas, le message est fort : pour être accepté, il faut rentrer dans le moule. « J’ai pas compris les codes même s’ils m’impressionnent/ Fuck si j’ai pas la cote, comme ça je me mens ». Dès le début de l’album, le jeune artiste nous montre la couleur et nous annonce d’une manière subtile sa préférence pour les hommes « J’ai le cœur random, d’homme, d’homme/ Je crois en tout ce qui cogne, comme, conne ». La Musique se limite au synthé, au piano, aux percussions, mais cela suffit largement. Une première réussite !

Eddy de Pretto, ses amours (loupés)

« Jimmy » une histoire d’amour loupée, je suppose… Arrivant comme un sauveur, s’en va soudainement sans rancœur laissant, sur un vêtement, un souvenir, juste une odeur. Lente et calme cette musique colle parfaitement à ces paroles douces et tristes à la fois.

Dans la famille histoire d’amour désastreuse, je voudrais « Honey ». Les larmes aux yeux et frissons arrivent. Histoire d’une personne amoureuse de quelqu’un qui va voir autre part, une personne, qui peut-être ne le sait pas. L’ingéniosité des textes nous permet de faire chacun son interprétation. J’ai écouté la chanson en boucle pendant presque 20 minutes. Peut-être me ressemble t-elle ? Ce titre est un véritable coup de cœur, certainement, ma préférée de l’album.

Une histoire d’amour loupé avec celle qu’il appelle « Mamère »… Cette chanson est un petit message à la dame qui l’a mis au monde, dans lequel il dit qu’un jour peut-être, il arrivera à l’appeler Maman… Après « Papaoutai » de Stromae, voici « Mamère » de De Pretto.

Eddy de Pretto
Eddy de Pretto

Kid, Le Chanteur et Virilité Abusive

Qu’est ce que la virilité abusive ? Un garçon doit-il obligatoirement être footballeur, musclé, fort, bagarreur, ne doit pas pleurer ? C’est ce que dénonce Pretto dans son titre  « Kid ». Un titre qui lui vient tout droit de son enfance, là où on lui a annoncé qu’il ne pourrait pas faire de la danse, ni de la musique, ni du théâtre car ce sont des activités purement féminines ! Quel retournement ! Il nous explique aussi qu’il est complètement « Normal » dans la 9eme piste du disque. Une chanson engagée et anti homophobe. Une chanson pour expliquer à certaines personnes restées au XVe siècle que l’homosexualité ne s’attrape pas, mais que c’est leur connerie qui est contagieuse, Merci Eddy De Pretto !

Eddy de Pretto, le texte…

« Banlieue », un lieu qu’Eddy préfère éviter mais qu’il semble apprécier malgré tout. « Oh beaulieue il vaut mieux que je te quitte/ Je file les poches sans fric/ Oh beaulieue bel et bien ma favorite/ Je garde toutes tes briques ». Peut-être préfère t-il rester dans ses murs ? Quand il expose « Desmurs », il nous parle carapace, protection qu’il se met peut-être, une peur de tomber amoureux, une peur de montrer ses sentiments. Ou alors un rapport avec la chanson « Mamère » dans laquelle il chante « Devant l’amour je suis ignare, ma mère, ma mère/ Cette sensation d’être tout bizarre, ma mère, ma mère/ Face à ces gens aux bras ouverts, ma mère, ma mère/ Qui me foutent le ventre en tache, ma mère, ma mère » ? Une carapace qui serait venu d’une relation mère/fils pas fusionnelle ?

Enfin bref, vous l’aurez compris, les textes d’Eddy de Pretto sont poétiques, engagés, bien construits, touchant, entrainant et plein d’autres adjectifs… Mais qu’en est-il des musiques ?

… et la musique

Nous retrouvons dans cet album beaucoup de synthé, du piano, une boite à rythme. Des musiques qui se rapprochent énormément du hip-hop et du rap. C’est une étrange sensation d’entendre de la poésie sur des musiques aussi actuelles que celle-ci, mais le résultat est bon ! Les mélodies sont entrainantes, touchantes et harmonieuses quand il le faut, rythmées à souhait. Que demander de plus ?

Un premier album de 15 titres presque tous aussi bon les uns que les autres (seul « Musique Basse » ne m’a pas plu…). Le Chanteur de Kid commence fort, très fort ! Je remarque une influence très « Stromae », sans le copier, en gardant son style à lui. Je suis heureux d’avoir acheté l’album au hasard d’un rayon Fnac et suis curieux de le découvrir sur scène… On se donne alors rendez-vous le 15 Mai 2019 à l’Elysée-Montmartre !

Eddy de Pretto 2019
Eddy de Pretto 2019