Orelsan, chanteur de rap francais

Orelsan est un rappeur français, compositeur, acteur, parolier et réalisateur. Artiste provocateurs, parfois choquant, le rappeur aux multiples facettes n’en est pas moins talentueux. Revenons sur sa carrière, ses chansons et son parcours.

Orelsan
Orelsan

Comment Orelsan a-t-il commencé sa carrière ?

Quel est l’âge d’Orelsan ? 37 ans en 2019, né en 82 ses parents sont tous deux dans l’éducation nationale, institutrice et directeur de collège. Il s’appelle Aurélien Corentin. Contrairement à beaucoup d’autres artistes il n’abandonne pas ses études pour se lancer dans la musique. C’est après avoir fini ses études à Caen dans une école de commerce qu’Orelsan se lance.

Dès ses douze ans, Orelsan s’intéresse au métal et au rock français. Il écoute les groupes Nirvana, Ac/dc, NTM, Iam notamment : Basket et skate board avec ses copains en écoutant du rap, le conduisent à se passionner pour ce style.

C’est durant ses études qu’il rencontre Gringe, un jeune rappeur avec qui il chante en duo : les casseurs flowters. Le groupe crée plusieurs compilations : « Undertoc », « Talents fâchés » ou encore « Rap 2 rue ». Gringe restera dans le sillage d’Orelsan et le groupe renaîtra en 2013 avec l’album «Orelsan et Gringe sont les Casseurs Flowters».

 

Un début sut le net

Il séjourne aux Etats-Unis et fait divers petits boulots : notamment gardien de nuit dans un hôtel ce qui lui permettra d’utiliser son temps pour écrire des textes. C’est avec Internet et les réseaux sociaux qu’Orelsan écrira vraiment son destin. Moderne, il met en ligne sur internet en 2007-8, des premiers titres très polémiques comme « sale pute », « Saint-Valentin » ou en encore « Changement ». Plus d’un million de vues sur internet ! Un sacré début et une belle réussite en se lançant à la force de sa volonté et de son talent voire de son sens de l’opportunité… « sale pute » est une bien sale chanson qui l’a fait connaître… pas top !

Orelsan est remarqué par Skread, un producteur qui a déjà eu des artistes de renom sous son aile comme Booba, ou Diam’s . Premier label pour Orelsan, premier opus avec « Perdu d’avance », avec une première tournée française en 2009. L’album reçoit un accueil favorable des critiques. L’album est disque d’or.

 

Provoquer pour percer

Provoquer devient la marque de fabrique d’Orelsan. Engagement à la Saez ou opportunisme commercial ? sa présentation le dit clairement

« Revendiquant ses quatorze ans d’âge mental, ses humeurs de cancre assis au fond de la classe et son mental de puceau frustré, Orelsan a tout pour agacer les bien-pensants».

Pas vraiment cancre au fond de la salle Orelsan …et si les biens pensants sont ceux qui respectent les autres… diantre.

Orelsan gène, « Sale Pute » est jugée comme incitant à la violence sur les femmes : les paroles parlent de quelqu’un dont la copine le trompe, en ces termes (notamment)

« T’es juste une truie, tu mérites ta place à l’abattoir »

ouaih, bon La justice l’a condamné, puis acquitté au titre de la liberté artistique : rassurant quand même.

 

Orelsan le hip hop
Orelsan le hip hop

C’est le titre qui a lancé Orelsan : alors technique de pub (car la polémique lui aura beaucoup servi et choquer à bien fonctionné pour se faire connaître) ou réelle création indépendante de toute arrière pensée ? En tout cas qu’elle qu’en soit la raison, c’était un joli démarrage ! Pour se lancer Orelsan a surfé sur la vague d’un rap violent et choquant. Pas de justification suite à une jeunesse difficile ou pas de vécu d’un rejet d’une société qui le rejette, non ! Il ne vient pas des banlieues difficiles mais plutôt d’une bonne vieille classe moyenne. Au delà du talent qu’il a su montrer, on peut dire que ce n’était pas con pour se lancer, un peu cynique peut-être ?

 

 

Orelsan, dans son temps

Orelsan vise et réussit à attirer une jeunesse de son âge en particulier. Moderne via internet, les jeux vidéos, parolier des traditionnels mal-être et révolte, des relations amoureuses compliquées, Il est (malheureusement) aussi porteur de violence verbale voire d’homophobie et n’est pas tendre (voire insultant) avec les femmes. Il s’en défend (voir ci-après), mais a du mal à gommer cette image qu’il semble s’être créée pour réussir… on paye toujours l’excès de ses ambitions, non ?

Orelsan utilisera cette situation ou la dénoncera, selon, dans son clip de la chanson « différent » en fredonnant le titre condamné et en se faisant virtuellement embarquer par deux policiers. En tout cas son label a eu raison de parier sur lui.

Il n’a pas fallu longtemps à Orelsan pour devenir un incontournable du rap francais voire du rap tout court. Il l’est dorénavant comme des Disiz, Youssoupha ou encore Booba. Un beau lancement tout de même en partant seul sans relations familiales contrairement à de nombreux autres artistes comme Matthieu Chedid ou Vanessa Paradis …). Des références qui sont bien loin du rap, certes… C’est voulu, car inciter à ne pas rester cantonné dans un style, c’est pas mal… si vous aimez le rap allez aussi écouter le pop rock de M , et réciproquement, ça ouvre l’esprit et ne fait que du bien !

En 2010, Orelsan s’implique dans « Diversidad » regroupement de rappeurs de plusieurs pays européens. Le projet est soutenu par la communauté européenne et concerne une vingtaine d’artistes hip hop d’une douzaine de pays, dans un but d’action pour agir pour la musique urbaine et la diversité. Un beau projet  qui donne naissance à un album « the experience ».

Orelsan rappeurLe Rappeur Orelsan connait le succès

Un album studio sort en 2011 et s’appelle « le chant des sirènes » et est deux fois disque de platine. Orelsan est nominé deux fois aux Victoires de la musique : meilleur opus de musique urbaine et révélation de l’année. Orelsan est maintenant clairement intégré dans le monde des stars de la musique rap et hip hop.

 

Le hip hop

On se souviendra que le hip hop date des années 1970 (voir article sur le hip hop et rap ) et nous vient une nouvelle fois (!) des Etats Unis. C’est un courant nait chez les jeunes immigrés afro-américains et jamaïcains du Bronx en particulier qui créent ce genre. Ce sont les DJs qui à partir de musique funk notamment, utilisent les pistes de percussion pour en extraire des rythmes qui deviennent le cœur musical du style. DJ Kool Herc est considéré comme le fondateur du hip hop. Le rap en sera issu.

On notera des titres comme « Raelsan » ou encore « 1990 ». Ce dernier évoque les années hip hop de 90.

Plus de 100 000 exemplaires vendus pour l’album.

 

Chanter avec d’autres stars : comme d’hab

Et comme bien souvent les rencontres se font, les labels incitent à ces rencontres, ceci dit pour leur business…, mais soyons optimistes et pensons plutôt que c’est par affinité que ces collaborations naissent . On voit Orelsan avec Stromae ou encore Benjamin Biolay.

2012 est l’année de l’Olympia pour Orelsan. Belle réussite tout de même !

Un peu de pub pour beaucoup d’argent… le rap rapporte ! il signe pour une publicité pour Reebok

2015 voit la sortie de l’album « Comment c’est loin » par le groupe historique Casseurs Flowters, qui est aussi musique d’un premier film réalisé par Christophe Offenstein et Orelsan. C’est l’histoire de deux jeunes ayant la trentaine, qui doivent sortir un titre de rap. Autobiographique un peu ? yes, car le film s’appelait en fait Orel et Gringe au départ. Peu de salles l’ont projeté, mais il connaît tout de même un beau succès avec plus de 200 000 entrées.

C’est en solo qu’Orelsan apparaît dans un clip sur internet en 2117. Le titre « Basique » connaît le succès. Le troisième album suit « la fête est finie ». Et on y voit apparaître Stromae, Dizzee Rascal ou encore Maître Gims… business is business…mais bon , la réunion de talents donnent généralement de bons résultats pour le plus grand plaisir de tous. Un album qui est disque d’or trois jours après son lancement ! et fini disque de diamant, beau succès ! Il faut du talent pour réussir comme cela, sans contexte.

En 2018 il est de nouveau reconnu aux Victoires se la Musique.

 

Orelsan, un artiste français aux diverses facettes

Au delà de la musique, Orelsan réussit aussi en tant qu’acteur ou réalisateur, comme « Comment c’est loin » mais aussi, en 2016, s’implique dan un long métrage « peur de rien ». Il apparaît aussi dans une série de télévision.

Orelsan a su aussi investir dans la mode, avec sa propre marque de vêtement, comme pas mal d’autres rappeurs, le sens du business a pris le dessus sur le sens de la révolte…

Le côté obscur de la force. Il l’a dit.

le côté obscur
le côté obscur du rap français

Je te « déboîterai la mâchoire », « t’es juste une truie », « je te ferai avorter à l’opinel ». Il ne suffit pas de dire comme le fait Orelsan que

« je ne suis pas un bad boy, je crois que ça se voit direct » ou encore « c’est une fiction.. ce n’est pas une chanson misogyne»

ou enfin que la chanson (sale pute) n’est pas dans son album et n’est pas chantée dans ses spectacles pour ne pas heurter les susceptibilités (sous la pression de son Label très probablement comme d’autres (voir Maitre Gims)…Ça na suffit pas pour que tout s’explique et s’éclaircisse. La liberté d’expression est essentielle mais il est vrai qu’inciter « indirectement » à la violence peut conduire à dépasser les limites.

 

Orange Mécanique ?

Orelsan nous dit :

« Dans cette chanson, j’essaie de montrer comment une pulsion peut transformer quelqu’un en monstre. J’ai tourné un clip où je porte un costume cravate et bois de l’alcool, pour montrer qu’il s’agit d’une fiction. En aucun cas je ne fais l’apologie de la violence conjugale. L’attitude de ce personnage me dégoûte, mais j’ai l’impression de représenter artistiquement la haine, comme a pu le faire un film comme Orange mécanique »

. L’argument se tient aussi, on doit le reconnaître. Cependant, si vous avez vu Orange mécanique, vous avez sans doute, comme moi, été marqué. Le film en montrant l’insoutenable nous amène à rejeter l’insoutenable. Pas sûr que les chansons de Orelsan donnent le même résultat !

Utiliser la violence verbale pour se créer un style et réussir n’est pas d’une grande élégance. Mais pourquoi pas… La liberté d’expression c’est aussi cela… .

La justice le relaxera en 2012, invocant la liberté d’expression en matière artistique.

Mais Orelsan insiste : «  ferme ta gueule ou tu vas t’faire marie trintigner ». Pas cool. Ou encore

« les féministes me persécutent …., comme si c’était d’ma faute si les meufs c’est des putes« 

, (paroles de « courez courez » 2009).

 

Orelsan, le talent malgré tout

Orelsan qui se dit être un gentil garçon, peut-il donc vouloir faire du business et du buzz en appelant à ce point à la violence et la généralisation (toutes les meufs sont des putes…) qui est toujours associée au racisme, à l’homophobie et à la misogynie, voire l’extrémisme ? S’en défendre c’est bien, mais il devrait alors assumer son positionnement marketing : violence et provocation. Ce serait plus cohérent que de s’excuser s’il a blessé alors qu’il ne le voulait pas. Plus cohérent que de dire que ce n’est pas lui qui dit cela, mais ses personnages. Pas faux certes, mais pour le moins ambigu…

Avec Orelsan, il ne s’agit pas d’engagement pour une cause, comme ont pu le faire de nombreux chanteurs et chanteuses, pour une amélioration de la société (quitte à ce qu’on la dénonce), pour mieux vivre ensemble.

Non, il s’agit plutôt d’un appel indirect au rejet des autres, en se cachant derrière l’art et la liberté. Et pourtant probablement Orelsan, comme il le dit, n’est pas comme ça. On peut le lui accorder. Mais alors, s’il n’est pas comme ça, il ne reste plus qu’une hypothèse pour Orelsan : un positionnement marketing pour réussir, non ? vraiment pas cool. Ceci dit tout le monde évolue. Ses derniers albums le prouvent : Orelsan n’a plus besoin d’être autant provocateur et outrancier. Une chanson comme « basique » (voir article sur la chanson  « Basique ») illustre le talent d’Orelsan. Tout en étant engagée sur le monde actuel, elle dénonce sans être excessive.

Car Orelsan a du talent, c’est incontestable. Dommage qu’il bascule parfois du côté obscur de la force…mais à chacun de se faire sa propre idée. Et si vous n’êtes pas d’accord transmettez nous un article sur Orelsan ! ainsi va la liberté d’expression et de pensée.

Bon vent Orelsan, car malgré tout, tu as un sacré talent !

Écrit par Serge Para

ma chanson française