Report Live – GRAND BLANC, le concert découverte

Vendredi 08 Mars, au soir, je sors du travail et me dirige tout droit vers Beauvais, l’Ouvre-Boite, pour un concert découverte. Vanished Souls dont je connais déjà leurs deux albums par cœur et Grand Blanc que je ne connais pas du tout. Vanished Souls est un groupe originaire de l’Oise et chantant anglais. Drix Cé (chant-guitare), Nievs (guitare), Wilfried (basse) sont tout droit du Musique Académie Internationale et leur batteur, Julien, au style décalé est doté d’un incroyable talent. Sous l’influence d’Archive, Pink Floyd, Radiohead, le groupe éléctro rock est annoncé ce soir en première partie de Grand Blanc. Rock-electro, electro-punk le groupe est originaire de Metz et s’est fait remarqué en 2014 au printemps de Bourges… Je les ai écouté juste avant d’aller à ce concert… Et je n’ai pas aimé, j’espère que le concert arrivera à me plaire malgré tout.

Vanished Souls en concert (Photo Lélé-photographie)
Vanished Souls en concert (Photo Lélé-photographie)

Vanished Souls, une première partie de Luxe

21h, Vanished souls fait son entrée sur scène et nous offre une prestation de 45 minutes très intense en commençant par un « All Forget », en allant du sublime « Shame » au très psyché « Nauséous » nous en avons plein les yeux et les oreilles. La voix du chanteur dégage une chose très intense que je ne retrouve que très peu en studio. Un petit malentendu sur le très électro « 3mn42 » puis nous sommes repartis de plus belle. 

 

Vanished Souls et Drix le chanteur (Photo Lélé-photographie)
Vanished Souls et Drix le chanteur (Photo Lélé-photographie)

 

Des frissons me parcourent le dos sur « Hardways » pour finir sur un « Am Your Shadow » des plus surprenants, cette énergie dans la voix, cette énergie sur scène… Un final des plus génial, une setlist qui envoie du lourd enfin bref, c’était quarante-cinq minutes de bonheur… 

 

Grand Blanc arrive sur scène

Juste le temps d’une pause cigarette et nous y retournons… il est 22 heures et Grand Blanc arrive pour sa « Surprise party » qui me surprend d’ailleurs, les guitares plus en avant, la voix plus juste et plus harmonieuse qu’en studio. C’est un bon point. Le dynamisme s’intensifie avec cette deuxième chanson qu’est « Los Angeles » et l’énergie se diffuse dans le public qui commence tout doucement à danser. Une ambiance très « chill » arrive au moment de « Rêve BB Rêve ». La voix de la chanteuse et du chanteur se marient à la perfection mais je ne retrouve pas beaucoup d’émotion dans la voix, la chanson perd un peu de son charme, dommage…

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.15752-9/53853842_262366948031663_3371959724370034688_n.jpg?_nc_cat=100&_nc_ht=scontent-cdg2-1.xx&oh=b0083a095cd3fc9735a4618268b77854&oe=5D26D406

Grand Blanc et leurs influences dans leurs chansons

« Belleville » est la suivante. La voix grave du début me rappelle Eddy de Pretto et les guitares puissantes arrivant, mélangées au synthé me font penser à Indochine. Un mélange original qui me laisse particulièrement perplexe. C’est sur la chanson « Des îles » que je remarque que c’est un groupe fait pour la scène, le jeu de scène est très bon et pas sur-joué, la chanteuse se montre envahi par son synthé et sa chanson… Comme possédée… Nous sommes bien là !

Grand Blanc , tout bleu…
Grand Blanc , tout bleu…

« Isati » et « Degrés Zéro » font planer dans la salle une ambiance psyché avant la très dynamique « Aurore » mais je retrouve là, la voix bleue qu’on peu entendre sur l’album, de plus la chanson ne me plait pas du tout.

 

Quand Grand blanc se fait petit
Quand Grand blanc se fait petit

« Image au mur » me revient comme un son déjà entendu… Que je me souvienne… Mais oui, nous pouvons chanter presque en même temps qu’eux « Comme un boomerang » de Serge Gainsbourg… L’album porte d’ailleurs ce nom là.

Nous partons « ailleurs » maintenant sur une chanson planante aux solos largement mis en avant qui rend plutôt bien sur scène puis on nous annonce une dernière chanson « L’amour Fou » peut-être pour témoigner l’amour que le groupe porte à son public. C’est une chanson issue de leur premier album « Mémoires Vives » un final haut en couleur et en puissance. Le groupe s’en va et le public fou le rappelle !

 

Une p’tite Conclusion pour la fin !

 

La chanteuse de grand blanc au clavier
La chanteuse de grand blanc au clavier

Grand Blanc revient mais moi je m’en vais… J’en ai assez entendu et je suis totalement hors service… Faut dire que ce n’est pas du tout mon style de musique mais c’est un concert que je qualifierai d’intéressant et de bon malgré cela. Intéressant pourquoi ? Tout simplement parce qu’il est mon premier concert électro et variété nouvelle génération et que je connais enfin l’ambiance qui règne pendant ces concerts, ce n’est pas déplaisant. Bon parce que le groupe à su mettre le public à l’écoute et l’a plongé dans l’ambiance dès la première chanson. Cependant, j’ai trouvé qu’il manquait parfois une pointe de passion dans leurs interprétations et j’ai entendu des sonorités déjà entendues comme sur « Image Au Mur ». Les jeux de scène étaient plutôt bons et je sentais la chanteuse possédée par ses textes et ses chansons. La communication entre les membres du groupe semble forte, très forte même.

Je retiens aussi la formidable prestation que nous à offert Vanished Souls !

 

Une belle soirée remplie de découverte, et je recommande, si vous aimez ce style musicale, Grand Blanc qui je pense n’est qu’au début de son parcours…

Un grand blanc après la fin !
Un grand blanc après la fin !

 

Le p’tit Wil

Les photo de Vanished Souls on été prise par Lélé-Photographie, vous pouvez voir la suite ici