Humanité, Le Nouvel album de Damien Saez

Album Saez Humanité
Dernier album de Damien Saez, Humanité

Saez est de retour avec Humanité. Le rockeur, révolté, écorché est revenu avec un nouvel album. Un an après « Le manifeste » il nous sort une galette à la pochette très provocatrice. Une fille, pas très habillé, un flingue, un selfi ! Le ton est annoncé, Damien Saez n’a rien perdu de la violence de ses mots, et c’est ça qu’on attend ! Je suis pressé d’écouter ce CD, qui je le sais d’avance, est une petite merveille !

 

Damien Saez le grand révolté

L’album commence fort, très fort. Ce titre « Humanité » annonce le retour du grand révolté avec des sujets des plus sensibles à l’heure où les pavés s’envoient en l’aire à coup de gaz lacrymogènes et où l’hiver 2018 se réchauffe à coup de bagnoles enflammées. A l’heure où KONBINI gerbe son kébab en écoutant cet opus, moi, je trouve la monté en puissance de la chanson des plus intéressantes.

 

D’abord à capella puis ensuite avec une guitare claire et légère en fond, Damien Saez évoque je crois, un futur des plus terribles où les inégalités se creuseront, un avenir dans lequel la terre sera qu’un champ de plastique goudronné sur des ailes d’oiseaux qui ne pourront plus voler… La guitare électrique saturée mise en avant, la voix criante de Saez au loin me fiche des frissons. Des violons aux airs d’Orient surgissent et nous gagnons en puissance avec des percussions merveilleusement bien pensées. Une chanson sublime pour débuter un opus attendu par les fans.

 

Saez l’écorché

Après « La Fin des Mondes » en 2012, voici « Guerre des Monde ». Mélodie plate mais jolie, Jusqu’à l’arrivée de cette guitare puissante qui est belle est bien signature de Saez maintenant. Le texte est sublime, une critique recherchée et sensible de la société, des religions et des grands face au pognon (voir aussi l’article les chanteurs engagés). Une critique surtout de l’humain qui s’abuse à regarder des émissions télévisées remplies de désinformations « C’est le savoir contre bêtise/…/L’humain face au technologique », un exemple parmi tant d’autres. Saez est toujours l’homme écorché de ses débuts.

 

Humanité de Damien Saez, déjà entendu !

 

Encore une chanson qui s’annonce très joyeuse. Voici « la Mort ». Une intro qui ressemble aux deux prétendantes ou encore une fois tous les sujets précédents sont présents dans la chanson. L’écologie, l’éducation, la culture, la religion, les médias. Et encore une fois, des accords de force sur une guitare pleine de distorsion arrive, Saez commence à crier. Cette chanson n’a rien de nouveau mélodiquement parlant,  c’est du Saez tout craché. J’ai l’impression que le garçon ne cherche plus les risques qu’il prenait dans ses albums du début. L’album « God Blesse » en était rempli et c’est ce qui faisait le charme de celui-ci. Je me souviens de « Voici la mort » composé avec de nombreux instruments, les changements de rythme, presque de la musique expérimentale finalement… Un vrai bijou. Mais je ne retrouve pas cela ici. J’ai l’impression d’avoir déjà écouté ces mélodies et d’avoir déjà trouvé la couleur de l’album.

 

Avis sur l’album humanité de Damien Saez

Mais peut-être que je me trompe ! Après tout, ce n’est que le début de l’album… « J’envoie » se lance. Une intro qui me fait penser « Tous les Gamins Du Monde », et comme je le pensais, Saez commence à crier dans mon oreille tout comme les guitares rock. La surprise n’existe plus. Mais les paroles sont remplies de haine contre ces réseaux sociaux et ces téléphones portables avec lesquels nous partageons, même partageons de trop. Ici Damien Saez parle de la vie privée qui devient de plus en plus dure à garder.

 

Avec Humanité, Saez cherche de nouvelles sonorités

Saez sur scène

« Petite Pute ». Ce titre me donne envie et avait déjà fait polémique sur Twitter avant la sortie de l’album. Une chanson très rock au même nom que « Pilule » avec des sons synthétiques en arrière. Une belle réussite crachant à la gueule des instagrameuses mettant en avant des corps parfaits accompagnés de cervelles vides qui font les plateaux de téléréalité. C’est l’exemple que nos jeunes ont aujourd’hui, c’est ceux à quoi ils se raccrochent et s’identifient… Un exemple qui n’est pas le plus exemplaire, faut le dire.

Saez se serait-il modernisé ? Je tombe des nues en entendant le début de la « Belle au Bois ». La musique est épatante, très électronique, avec une boite à rythme en guise de percussions, et quelques guitares au loin pour garder un aspect rock. Un mélange qui sonne très bien sur des paroles de fêtes, d’alcool et de culs sur les réseaux ! (je crois qu’il a une dent contre les réseaux sociaux, mais je ne suis pas sûr !)

 

Humanité de Damien Saez du bon et du moins bon

« Amour Criminel » sonne comme une histoire d’amour à l’eau de Michto. Une fille intéressé pour ta monnaie et non pas pour ce que tu es. Sur une musique calme, les guitares sonnent comme dans les westerns, c’est sympa a écouter, mais ça ne casse pas trois pattes à un canard.

« Elle aimait se faire Liker » C’est du déjà vu, encore sur les réseaux sociaux. J’ai l’impression d’entendre « Marianne » et des paroles déjà écrites sur « Webcam de nos Amours »… Passons…

« L’attentat » est pour une fois un bel attentat, une chanson d’amour explosive sur une mélodie entraînante et presque joyeuse. Une histoire d’amour qui tourne au désastre bien écrite et super agréable à écouter. On se repose les oreilles sans cris Saezien !

On passe à ce titre… Qui je dois le dire me fait un peu peur… « Burqa »… Et j’ai bien fait d’avoir peur ! Je ne comprends pas l’utilité de ce texte, ni de cette musique qui ressemble au rock collégien de SUM 41. En gros, Damien Saez ne veut plus voir les moches, il veut les cacher dans des burqa, un peu partout dans le monde, et les belles nanas en bikini…  Pour moi, cette chanson est à bannir de l’album, elle ressemble presque à une discrimination physique. Pourquoi faudrait-il cacher les moches ? D’ailleurs que signifie être moche ?

Quand Thiéfaine écrit la « Critique du Chapitre III » Saez nous pond « Ma religieuse », sans grande surprise, j’ai déjà entendu ça quelque part… Ah ! Oui ! Je me souviens, dans l’album « Le Manifeste – Lulu », Peuple manifestant avait la même structure. Les paroles sont encore très engagées et la religion en prend pour son grade. (voir aussi article sur report live : Thiefaine)

 

Conclusion sur le dernier album de Saez

Pour moi l’album n’est pas bon ! Mais il n’est pas mauvais non plus… C’est très répétitif, malgré un bon début ! Les textes sont bons, Saez est connu pour ça, mais je trouve que dans le début de l’opus, on se perd un peu dans tous ses combats, des combats qui se répètent. C’est bien qu’il reste engagé sur les mêmes sujets, qu’il ne retourne pas sa veste mais ca commence à faire rébarbatif ! J’ai trouvé, déterminé le chemin et la couleur de l’album dès la troisième chanson, Damien Saez a trouvé une formule de calcul qui fonctionne et l’utilise à tous les coups, les prises de risque de « Jours Etranges » et « God Blesse » me manquent atrocement ! Surtout qu’on le sait Saez est loin d’être limité, n’oublions pas qu’il sort du conservatoire national de Dijon ! Ce n’est pas rien !

Un autre album en février, espérons que je retrouve ça, et en attendant, une tournée est annoncée, et je serai de la partie même avec cette petite déception car Damien est un show-man absolu !

Saez en concert à Paris

 

 

Écrit par P’tit Will

Saez : drôle d’humanité !