Daniel Balavoine : il n’y en a pas d’autres !

Daniel Balavoine unique
Daniel Balavoine unique

Daniel Balavoine est né en 1952 dans l’Orne. Issu d’une famille de 6 enfants, le père est ingénieur et sa mère antiquaire de famille aristocratique. Il entre en 59 dans un pensionnat, peu après la séparation de ses parents, ce qui le conduit à ne pas supporter la discipline stricte qui y règne, ça ne le quittera plus. Ce serait là qu’il aurait cependant découvert les Beatles et avec eux, sa passion pour la musique.

Adolescent, Daniel Balavoine vit à Pau. Mai 68 arrive avec son lot de protestations, de manifestations incroyables et de violence aussi, mais également un mouvement de liberté. Il participe aux manifestations des lycéens. Plongé ainsi jeune dans la politique, Daniel Balavoine veut même devenir député mais le parcours qu’il faut faire dans les partis politiques n’est sans doute pas pour lui…Il quitte la terminale après quelques mois et en 69 veut se consacrer à sa passion musicale. Est-ce donc un trait de la plupart des artistes que d’arrêter les études pour se lancer ? : sans aucun doute ! Vivre sa passion ! Ce fût le cas en effet pour nombre artistes comme Patrick Bruel ou Dominique A par exemple.

Les débuts

C’est à 16 ans que Daniel Balavoine joue dans son premier groupe, « Memphis ». Le groupe intervient dans les bals, et permet à Balavoine de gagner correctement sa vie. Il joue aussi dans un groupe Réveil et Purple Eruption.

 

Balavoine jeune
Balavoine jeune

Mais il a envie d’autre chose. Il crée un nouveau groupe plus rock (Shake’s) et y interprète ses propres chansons. Il veut que ça ‘secoue’ plus avec shake…mais pas facile de faire bouger le succès.

Vient 1971, et après être monté à Paris, il chante dans le groupe « Présence ». Le groupe enregistre un premier disque 45 tours chez Vogue qui se vend à moins de … 300 exemplaires ! Il faut de la volonté et de la persévérance pour percer c’est clair !

La carrière en solo

La carrière solo que Daniel Balavoine essaie de lancer n’accroche pas non plus, le titre qu’il enregistre « Viens vite», comme une incantation… mais le titre n’aide pas à ce que sa carrière … vienne bien vite.

Suit alors le temps des boulots alimentaires, comme celui de disquaire, dans la musique tout de même.

En 1973 il apparaît dans le premier opéra rock français, « La révolution française », dans lequel on trouve Alain Bashung notamment !

Mais c’est surtout en 1974 que les choses vont se déclencher ! Une nouvelle fois ce sont les rencontres, la volonté et l’action qui feront la différence. Il a une belle voix, ce qui lui permet de devenir choriste de Patrick Juvet, qui se lance dans des concerts à l’Olympia et une tournée en France. Ce dernier lui donne même la possibilité d’enregistrer un titre sur son album…pas mal ! Cela permet à Balavoine d’être remarqué et de signer avec un beau label, Barclay.

Il crée le groupe Mélancolie SA en 1975 avec ses deux frères mais le succès n’est de nouveau pas d’actualité.

Daniel Balavoine sera aussi choriste pour Bashung dans son premier album « Roman photos » en 1977.

Premiers albums

Un première rencontre

C’est Léo Missir qui est directeur artistique chez Barclay, qui lui permet de sortir son premier album « De vous à elle en passant par moi ». Suit un autre album « Les aventures de Simon et Gunther » en 1977, centré sur le mur de Berlin (construit en 1961, mur de protection contre le fascisme selon les autorités est-allemandes…) auquel Balavoine s’intéressait : il ne verra pas tomber cet abominable mur en1989. Il s’agit d’un album ou plutôt d’un album-histoire dans lequel deux frères échangent des courriers chacun d’un côté du mur. Mais le mur de l’audience est toujours là : les résultats ne sont pas au rdv. Seul le 45 tours « Lady Marlène » a quelque succès.

Starmania
Starmania

Une deuxième rencontre

est déterminante pour Balavoine : celle avec Michel Berger, lui aussi décédé jeune à 47 ans, en 92, 6 ans après Daniel Balavoine. Les deux hommes deviendront de vrais amis proches. Berger le remarque grâce à ce titre « lady Marlène » que Balavoine chante dans une émission télévisée. Impressionné par sa voix toute particulière, il propose à Balavoine de jouer Starmania (l’opéra rock culte de Michel Berger et Luc Plamondon qui aura écrit pour de nombreux artistes comme Julien Clerc, Diane Dufresne, Diane Tell, Garou, Barbara, Murray Head). Daniel Balavoine en est le personnage principal « Johnny Rockfort » en 1978 et 79, sa voix (qui lui permet de parcourir presque trois octaves …) marque les esprits d’alors. On ne va pas en faire un fromage mais quand même Rockfort c’est un beau fort rôle ! (jokes ok)…

Daniel Balavoine, Michel Berger et France Gall
Daniel Balavoine, Michel Berger et France Gall

« Quand on Arrive en ville » et « SOS d’un terrien en détresse » (composées par Michel Berger) deviendront des titres cultes lorsqu’ils sortiront en disques (quasiment en même temps que le titre « le chanteur »). Ils se vendront à plus de deux millions d’exemplaires…La comédie musicale aura été le tremplin pour plusieurs artistes comme Emmanuel Moire ou Julien Clerc par exemple, mais il faut une très belle voix, puissante, ce qui n’est pas donné à tous les chanteurs.

Le succès, de justesse…

Pas facile décidément de percer. L’année 1978 est difficile. Barclays est à deux doigts d’arrêter le contrat. Balavoine est sauvé par son soutien, Léo Missir. C’est grâce à ce dernier qu’il enregistre en 1978 son premier tube avec les titres « Le chanteur » ainsi que « Lucie« . Balavoine en est l’auteur et le compositeur. Il semblerait que la trompette du début de la première chanson ait été enregistrée par erreur lors des répétitions…  et Balavoine décida de retenir cet enregistrement et la trompette fût un des marqueurs de la chanson. Ce single « le chanteur » devint disque d’or. La carrière de Daniel Balvoine était alors vraiment lancée !

Les albums s’enchaînent

En 79 sort encore un autre album, « Face amour, face amère ». Cette même année Starmania est au Palais des Congrès, Daniel Balavoine chante avec Diane Dufresne, Fabienne Thibeault et France Gall.

Daniel Balavoine je ne suis pas un héros
Daniel Balavoine je ne suis pas un héros

En 79 sort encore un autre album, « Face amour, face amère« . Cette même année Starmania est au Palais des Congrès, Daniel Balavoine chante avec Diane Dufresne, Fabienne Thibeault et France Gall.

1980 et sort « Un autre monde » – la Chine en fait et on entend un discours de Mao dans un titre, en fond -, album dans lequel on trouve « Mon fils, ma bataille » et « Je ne suis pas un héros » deux gros titres qui resteront des symboles pour le grand artiste que devient Balavoine.

1981 et c’est un premier Olympia : grand succès.

 

Balavoine sur scène
Balavoine sur scène

1982 et « Vendeur de Larmes », (enregistré à Ibiza) est le nouvel album qui contient en particulier « Vivre ou survivre ». Il remplit le palais des Sports de Paris (1982) dans un concert grandiose pour l époque avec des centaines de projecteurs et des projections de films.

C’est après s’être impliqué dans le Paris Dakar en 83 qu’il sort un nouvel album, que ce périple africain lui inspirera : « Loin des yeux de l’occident » qui contient  « partir avec les miens » ou encore « Pour la femme veuve qui s’éveille », « Revolucion », « Frappe avec ta tête », autant de titres engagés. Daniel Balavoine a clairement été marqué par la pauvreté et la famine vues en Afrique lors de son passage.

1984 et c’est un nouveau Palais des Sports.

En 1985 paraît son dernier album « Sauver l’amour« . On y trouvera des chansons cultes « Aimer est plus fort que d’être aimé », « l’Aziza » et « Tous les cris, les SOS« . De nouvelles expérimentations pour Balavoine avec notamment l’utilisation d’un sampleur (échantillonneur de sons).

Balavoine, et plus

Il aura aussi été acteur un peu occasionnel. Il joue par exemple dans un second rôle en 82 dans « qu’est-ce qui fait craquer les filles » ou encore dans « alors heureux » (80) avec Thierry Lhermitte notamment, Claude Lelouch étant producteur.

Il a aussi sévit en tant que compositeur pour d’autres que lui. Il a composé pour Patrick Juvet, Fabienne Thibeault, Frida (du groupe ABBA), Catherine Ferry et aussi Johnny Hallyday (« je n’suis pas un héros »), Jeanne Mas (en tant qu’arrangeur).

 

 un artiste engagé !
un artiste engagé !

Balavoine un chanteur engagé

Les engagements de Daniel Balavoine auront été multiples. Et le style de son engagement rejoint quelques artistes de cette époque comme Coluche.

Il soutient la candidature de Coluche à la présidentielle de 81. François Mitterrand lui demandera son soutien ce qu’il fera mais seulement pour quelques semaines, disant qu’il ne fait pas de politique en étant récupéré.

Il agit avec Amnesty International dans « 100 artistes pour les Prisonniers d’opinion ».

Il crée une association Action-Ecole avec Michel Berger et France Gall afin d’obtenir des fonds pour des écoliers africains.

Daniel Balavoine chante à un concert « planétaire » au Royaume-Uni, pour l’Ethiopie, où de terribles famines sévissent. Il y va avec Berger, France-Gall, Goldman. Ils organisent un concert en France avec Renaud pour cette cause « chanteurs sans frontières ». Des gens biens, non ? Le concert ne sera cependant pas une grande réussite auprès du public (plus de 10.000 spectateurs quand même…), le prix des places aurait été trop élevé semble-t-il.

En 83 c’est lui qui lance l’idée d’une banque alimentaire, idée qui serait une des idées à l’origine des « restos du cœur » de Coluche.

Balavoine, des polémiques

Il sait aussi créer la polémique (mais pas pour se faire connaitre comme le font certains artistes (voir articles sur Orelsan ou Maître Gims par exemple)…). A l’émission « 7 sur 7 » en 83 il lance « j’emmerde les anciens combattants », voulant dénoncer ce que certains disent en parlant d’ « une bonne guerre » qui ferait du bien à la jeunesse. Son antimilitarisme n’est pas caché. Ceci conduira à l’annulation de certains de ses concerts du fait de manifestations menées par des anciens combattants.

Il sait aussi créer la polémique (mais pas pour se faire connaitre comme le font certains artistes (voir articles sur Orelsan ou Maître Gims par exemple)…).

En AfriqueA l’émission « 7 sur 7 » en 83 il lance « j’emmerde les anciens combattants », voulant dénoncer ce que certains disent en parlant d’ « une bonne guerre » qui ferait du bien à la jeunesse. Son antimilitarisme n’est pas caché. Ceci conduira à l’annulation de certains de ses concerts du fait de manifestations menées par des anciens combattants.

Il va en Afrique pour un projet humanitaire consistant à mettre en place des pompes à eau. Lié au Paris Dakkar, ce projet se fait avec Thierry Sabine. C’est lors de ce périple qu’il décèdera en 86

En Afrique

Daniel Balavoine … unique

Daniel Balavoine meurt dans un accident d’hélicoptère en Afrique durant le projet dans lequel il s’était impliqué pour l’installation de pompes à eaux. Nous sommes en 1986. Thierry Sabine, Jean-Xavier Bagnou (pilote) Jean-Paul Fur (radio), Nataly Odent (journaliste) décèdent également.

En peu de temps Daniel Balavoine aura réalisé huit albums dont les chansons sont devenues mythiques, vendus à plus de 20 millions de disques. En huit années, il aura profondément marqué la chanson francaise. De nombreux chanteurs et chanteuses ont repris les tubes qu’il aura écrits. C’est le cas pour, Gregory Lemarchal, Jeanne Mas, Liane Foly ou encore Florent Pagny. D’autres l’ont mis à l’honneur comme Christine and the Queens ou Soprano pour le monde du rap.

Style rock anglais revendiqué

Il aura été un artiste inspiré par le rock progressif et la pop anglaise, ce qu’il revendique en faisant référence notamment à Queen et Genesis. Il sera aussi un pionnier de la musique pop rock expérimentale (ou rock d’avant garde). Il aura toujours revendiqué son attachement au rock anglais. En cette année 86 il devait lancer sa carrière en Angleterre, un rêve interrompu. Une voix hors du commun, un engagement marqué tant politique, social, qu’humain, une force intérieure peu commune, décidément il n’y a pas d’autres Daniel Balavoine, il aura été et reste unique !

Il l’a dit

« Pour moi, je suis amoureux de la France et de la langue française. Il est temps que le français soit une langue qui s’assume dans la chanson

» Eh oui ! c’est pour ça aussi qu’on a fait ce blog sur la chanson francaise !

« J’emmerde tous les pouvoirs ».

« les jours de commémoration, on ferait mieux de manifester pour (contre) les guerres qu’il y a actuellement »

Balavoine chanteur engagé
Balavoine chanteur engagé

à Mitterrand : «

Ce que je peux vous donner, c’est un avertissement … J’ai peut-être du culot de faire, mais ce que je peux vous dire, c’est que la jeunesse se désespère, elle est profondément désespérée parce qu’elle n’a plus d’appui, elle ne croit plus en la politique française »

« Le désespoir est mobilisateur et lorsqu’il devient mobilisateur, il est dangereux et ça entraine le terrorisme… les jeunes vont finir par virer du mauvais côté parce qu’ils n’auront plus de solution »

Joeystarr (NTM) a dit sur Balavoine :

« Et puis il y a un truc auquel je peux prétendre je crois. Après Trust, Balavoine, il ne s’est plus rien passé en France pendant un petit moment. Il y a eu Renaud, c’était peut-être le seul qui était dans la continuité, qui avait un petit truc avec un filet contestataire et je crois qu’avec NTM on a réussi à se placer là-dedans début 1990 ».

Pas vraiment faux.

Écrit par Serge Para