COMPOSITION ET CHANSON L’HARMONISATION DES CHANSONS

LA GAMME MAJEURE ET SES ACCORDS

La construction des gammes majeures

Résultat de recherche d'images pour "gammes majeures" Dans le premier article « composition et chanson : la construction des accords de base », nous avons vu que cette première suite de notes en partant du Do : Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si, Do, Ré etc était en fait la gamme de Do Majeur.

La première note de la gamme est désignée sous le nom générique de premier degré de la gamme, en l’occurrence Do pour la gamme majeure de Do, Ré est le deuxième degré de cette gamme Majeure de Do, Mi le troisième et ainsi de suite jusqu’au Si qui est donc le septième degré de la gamme de Do Majeur.

Les gammes sont par définition construites en précisant la « distance » (en terme de ton et ½ ton) qui existe entre les notes (donc entre les degrés) de la gamme. En l’occurrence cette gamme Majeure est construite avec un ton entre chacun des degrés sauf entre le 3ème et le 4ème degré et entre le 7ème degré et l’octave où la « distance » est de ½ ton.

Ce qui donne pour différentes gammes Majeures le tableau suivant :

Do Majeur Do Mi Fa Sol La Si
Fa Majeur Fa Sol La Sib Do Mi
Si b Majeur Sib Do Mib Fa Sol La
Mi b Majeur Mib Fa Sol Lab Sib Do Re
Sol Majeur Sol La Si Do Mi Fa#

Retenez ces gammes et leurs altérations (les dièses et bémols) car elles vont nous servir régulièrement.

Composition : accord de base issu des gammes majeures

En ce qui concerne la gamme Majeure, nous avons étudié dans le premier article la construction, à partir de chaque degré de la gamme, des accords (Majeurs et mineurs) de 4 sons (fondamentale, tierce (Majeure ou mineure), quinte , septième (Majeure ou mineure) ):

Do , Mi, Sol, Si = C∆7 Mi, Sol, Si , Ré = Em7 La, Do, Mi, Sol = Am7
, Fa, La, Do = Dm7 Fa, La, Do, Mi = F∆7 Sol, Si, Ré, Fa = G7 Si, Ré, Fa, La = Bm7b5

D’une manière générale, pour une gamme Majeure, un accord construit à partir du premier ou du quatrième degré est un accord ∆7 (tierce Majeure et septième Majeure), un accord construit à partir du 2ème, 3ème et 6ème degré est un accord m7 (tierce mineure et septième mineure), l’accord construit à partir du 5ème degré est un accord 7 (tierce Majeure et septième mineure) et l’accord construit à partir du 7ème degré est un accord m75b (tierce mineure, septième mineure et quinte diminuée).

J’ai indiqué volontairement, dans le tableau ci-dessus, les 3 accords C∆7, Em7, Am7 sur la même ligne et les 4 autres sur la ligne suivante car les 3 premiers sont « proches harmoniquement » les uns des autres et pourront donc parfois se substituer les uns aux autres. Dans la première ligne Am7 est appelé l’accord mineur relatif de C, et Em7 est appelé accord mineur relatif secondaire de C.

Dans la deuxième ligne, les accords pourront également se substituer les uns aux autres. Remarquez en particulier que les 4 accords de la 2ème ligne contiennent tous un Fa et pas ceux de la première ligne. Nous y reviendrons lorsque nous parlerons d’extension de ces accords. Retenez cette construction d’accords à partir des différents degrés de la gamme Majeure car elle va nous servir en permanence pour la construction de l’harmonie de nos compositions.

Composition : accord de Septième Majeure et Accord de Sixte : une même fonction harmonique

A ce stade il faut parler d’une particularité de l’accord de 4 sons ∆7. Cet accord est souvent remplacé par un accord où la septième majeure est remplacée par la sixte (6ème degré de la gamme : un La pour la gamme de Do Majeur), c’est-à-dire que pour l’accord C∆7, on remplace la note Si par la note La. Ecoutez les différences de sonorité avec l’accord de Do puis celui de Fa :

Dans ce cas l’accord est noté C6 : Do, Mi, Sol, La. Remarquez que cet accord C6 contient finalement les mêmes notes que Am7, 6ème degré de la gamme (nous y reviendrons) on dit que Am7 est un renversement de C6 (et inversement). Pour un accord de Fa6 ce serait alors : Fa, La, Do, Ré, Pour un accord de Eb6 : Mib, Sol, Sib, Do etc. Ce qu’il faut retenir est que la fonction harmonique de ces deux accords C∆7 et C6 est la même. D’une manière générale, l’accord de sixte était employé dans la musique traditionnelle, la variété a eu tendance à transformer cet accord de sixte par un accord de septième Majeure. Mais ces deux accords sont généralement interchangeables, on utilisera l’un ou l’autre en fonction de la melodie. Si la melodie repose sur la septième majeure de l’accord du 1er degré de la gamme (par exemple les premières notes de « Syracuse » de Salvador qui insiste sur la septième et la tierce (Majeures) de l’accord du 1er degré de la gamme) on utilisera un accord ∆7, si la melodie insiste sur la sixte (comme les premières notes de « Joyeux anniversaire » que nous verrons plus loin) on utilisera un accord de sixte.

Les tableaux suivants précisent chaque accord de 4 sons construit à partir des notes des principales gammes Majeures :

Do Mi Fa Sol La Si
C∆7/C6 Dm7 Em7 F∆7/F6 G7 Am7 Bm75b
Fa Sol La Sib Do Mi
Fa∆7/F6 Gm7 Am7 Bb∆7/Bb6 C7 Dm7 Em75b
Bb Do Mib Fa Sol La
Bb∆7/Bb6 Cm7 Dm7 Eb∆7/Eb6 F7 Gm7 Am75b
Mib Fa Sol Lab Sib Do
Eb∆7/Eb6 Fm7 Gm7 Ab∆7/Ab6 Bb7 Cm7 Dm75b
Sol La Si Do Mi Fa#
G∆7/G6 Am7 Bm7 C∆7/C6 D7 Em7 F#m75b

LES PRINCIPALES TONALITES

Il faudrait en principe faire cet exercice pour l’ensemble des notes existantes mais il faut à ce stade parler de la notion de « tonalité ».

La « tonalité » d’une chanson est définie par une note et une gamme. Cette « tonalité » va avoir deux fonctions : l’une va donner «la couleur générale » de la chanson (mineure ou Majeure ; réécoutez les exemples donnés dans le premier article pour « sentir » cette différence entre le « mode » majeur et le « mode » mineur), l’autre (la désignation de la note) correspondra plus à la « tessiture » de l’interprète c’est-à-dire l’étendue des sons dans laquelle l’interprète sera à l’aise. A cette tonalité sera alors associée l’écriture de la chanson avec ce qu’on appelle les « altérations à la clef », c’est-à-dire les notes qui seront, sauf indication contraire, jouées « bémols » ou « dièses » lorsqu’elles apparaissent sur la partition.

Prenons un exemple : si j’écris une chanson en Fa Majeur, cela signifie que l’esprit générale de la chanson (on dit le mode comme cela a été évoqué plus haut) sera en Majeur, que ma partition sera écrite en faisant référence à la gamme de Fa Majeur donc avec un Sib à la clef (c’est-à-dire que, sauf indication contraire, la note Si dans la partition est toujours jouée avec un bémol). On va donc retrouver dans cette chanson, puisqu’on est en Fa Majeur, des accords de la liste ci-dessus correspondants aux différents degrés de la gamme Majeure de Fa : F∆7, Gm7, C7 etc mais bien sur d’autres accords seront possibles, des « changements de tonalité » pourront survenir, mais l’esprit général de la chanson tournera autour de la gamme de Fa Majeure.

Compososition musicale et harmonisation d"'une chanson
Composer musique et chanson harmonisation

Et … bonne nouvelle, nous allons tomber dans une loi de « Paréto » 80% des chansons sont écrites dans les 5 tonalités suivantes : Do, Fa, Sib, MIb, Sol. Pourquoi ? parce que cela correspond à la majorité des tessitures des interprètes, ou des instruments et à la majorité des tonalités des instruments (Saxo en Bb ou Eb, trompette en Do ou Sib etc).

Savoir facilement changer de tonalité

Que faire avec cela quand on veut composer des chansons ? D’abord connaître …par cœur….ces 5 gammes Majeures telles que décrites plus haut avec chaque accord de chaque degré. Ensuite disposer d’un outil informatique de « changement de tonalité » car cela simplifie énormément les choses.

Je me souviens des difficultés que nous avions dans les années 80/90 lorsqu’il fallait accompagner un chenteur qui voulait interpréter une chanson dans une tonalité différente de celle qu’on avait l’habitude de jouer. Selon les instruments que l’on jouait, la maîtrise que l’on en avait et la complexité de la mélodie et surtout de l’harmonie, l’exercice instantané pouvait parfois être délicat. Aujourd’hui, cela est simple, des outils informatiques permettent de changer en un clic la tonalité d’une chanson et ainsi une mélodie, avec l’harmonie qui la soutient, écrite en Do Majeur par exemple donc sans aucune altération à la clef pourra en un clic être réécrite en Fa Majeur donc avec un Sib à la clef. Un accord C∆7 deviendra alors F∆7 et un accord Dm7 deviendra Gm7 etc.

Autre conséquence :la tonalité utilisée pour composer ou écrire une chanson n’a au départ pas beaucoup d’importance puisqu’on peut très facilement la transposer avec des outils informatiques (avec une remarque quand même : certaines chansons vont « sonner » différemment selon les tonalités, sans doute parce que nos oreilles se sont habituées à certaines tonalités). Ecrire une chanson en Do Majeur est toujours plus simple que dans une autre tonalité Majeure (nous parlons toujours des gammes Majeures pour l’instant, mais nous reviendrons sur les autres gammes dans les autres articles en particulier les gammes mineures). Pourquoi ? Eh bien tout simplement parce qu’il n’y a aucune altération à la clef (ni dièse, ni bémol), c’est-à-dire que les notes sont en lecture directe sur la portée. Pour ma part, je compose la plus part de mes chansons en Do ou en Fa (Sib à la clef) puis je propose à l’interprète de choisir la tonalité qui lui convient le plus et je transpose mélodie et harmonie pour l’ensemble des instruments. Mais entendons-nous bien, ce n’est pas parce qu’une chanson est écrite en Do Majeur qu’il n’y aura pas de dièses ou de bémols dans la mélodie ou d’autres accords que ceux de la gamme Majeure de Do, c’est simplement une question d’écriture !

LES CADENCES HARMONIQUES

Une autre conséquence concernant cette série d’articles : les principales « cadences harmoniques » c’est-à-dire les principaux enchaînements d’accords que l’on peut retrouver dans la composition de chansons seront décrits et expliqués en majorité en Do Majeur (s’agissant de tonalités Majeures, nous reviendrons plus tard sur les tonalités mineures), à vous de faire les transpositions que vous souhaitez grâce aux outils évoqués plus haut.

La cadence harmonique « parfaite »

C’est la principale cadence harmonique (donc le principal enchaînement d’accords), on pourrait presque dire la « mère » de toutes les cadences harmoniques tant est incontournable et universel cet enchaînement …, qui fait passer du 5ème degré de la gamme au 1er degré de la gamme. En Do Majeur l’enchaînement d’accords est donc G7 –> C∆7.

Ecoutez ce que cela donne, en particulier le Sol du G7 va vers le Do du C∆7 et le Fa du G7 va vers le Mi du C∆7:

Cette suite d’accords présente un caractère conclusif à la chanson. Mais plus généralement le passage du 1er degré vers le 5ème degré, ou du 5ème degré vers le 1er degré, se retrouve dans nombre de compositions. C’est même la base de toute la musique populaire. Il est donc indispensable de bien connaître cette cadence.

Comme on l’a vu plus haut Dm7 est un accord très proche de G7 et peut parfois se substituer à cet accord G7 et on peut donc souvent compléter cette cadence en démarrant par le 2ème degré de la gamme, soit, pour une chanson écrite en tonalité de Do Majeur : Dm7–> G7 –> C∆7 (ou C6), on retrouve alors le fameux enchaînement (exprimé avec les degrés de la gamme) II-V-I du jazz, mais qui existe dans toutes les musiques « actuelles ».

Retenons pour le moment la cadence harmonique parfaite des principales tonalités :

En Do Majeur G7 C∆7/C6
En Fa Majeur C7 F∆7/F6
En Bb Majeur F7 Bb∆7/Bb6
En Eb Majeur Bb7 Eb∆7/Eb6
En G Majeur D7 G∆7/G6

Qui peut donc souvent se compléter de la façon suivante :

En Do Majeur Dm7 G7 C∆7/C6
En Fa Majeur Gm7 C7 F∆7/F6
En Bb Majeur Cm7 F7 Bb∆7/Bb6
En Eb Majeur Fm7 Bb7 Eb∆7/Eb6
En G Majeur Am7 D7 G∆7/G6

L’harmonisation d’une chanson bien connue : Joyeux anniversaire

composition, harmonisation « Joyeux anniversaire »
« Joyeux anniversaire »

Pour illustrer et bien comprendre ce que nous venons de voir, étudions une mélodie que tout le monde connaît : « joyeux anniversaire ». Accrochez-vous, cela en vaut la peine, car nous allons découvrir qu’en partant des cadences harmoniques parfaites vues plus haut, nous pouvons progressivement construire une harmonisation complète d’une chanson … enfin, disons…. presque complète, il nous manquera encore quelques ingrédients que nous découvrions plus tard avec les extensions des accords.

La mélodie de « Joyeux anniversaire »

A ce stade de la découverte de la composition, nous sommes obligés d’écrire un peu la musique ! Rassurez-vous, nous n’utiliserons que des notions apprises au collège…Nous le ferons de la façon la plus simple, en utilisant l’écriture en tonalité de Do Majeur (donc sans altération : ni dièse, ni bémol à la clef) et en utilisant pour l’instant uniquement des noirs (un temps) et des blanches (deux temps), voire des rondes (4 temps) chaque mesure faisant 4 temps. Cette mélodie, que tout le monde sait chanter, peut s’écrire en tonalité de Do Majeur de la façon suivante :

composition et harmonisation : « Joyeux anniversaire »
« Joyeux anniversaire »4

Harmonisation de « Joyeux anniversaire » de façon la plus basique

« L’harmonisation » c’est-à-dire la construction des accords qui vont soutenir la melodie écrite en Do Majeur va faire appel en principe aux accords de la gamme de do Majeur. Généralement (ce n’est évidemment pas toujours le cas, mais vous verrez que cette règle empirique est souvent respectée) lorsqu’on écrit une chanson en Do Majeur, début et fin de morceaux vont souvent utiliser l’accord de Do (1er degré de la gamme) . Essayons donc d’utiliser la cadence parfaite sur cette melodie donc uniquement les accords de C∆7 ou C6 et G7 en démarrant par l’accord du 1er degré de la gamme donc C.

A ce stade je note l’accord C (=Do, Mi, Sol), je n’indique pas s’il s’agit d’un accord ∆7 ou 6, nous le préciserons ensuite, il s’agit simplement d’utiliser la cadence parfaite qui fait passer l’accord construit sur le 5ème degré de la gamme vers l’accord construit à partir du 1er degré de la gamme et inversement.

En utilisant uniquement ces deux accords, plaçons-les naturellement par rapport à la mélodie (un ou deux accords par mesure placé au-dessus de la portée), si on démarre avec le 1er Degré (donc C), il n’y a pas d’autre solution… pour nos oreilles… que ce qui suit :

composition harmonisation bis « Joyeux anniversaire »
« Joyeux anniversaire »

Ecoutez ce que cela donne au piano :

Une harmonisation plus détaillée

Dans cette version ci-dessus, on entend bien que certains accords peuvent être améliorés. En premier l’accord de G7 placé à la 11ème mesure ne colle pas tout à fait à l’oreille, remplaçons cet accord par un des accords proches harmoniquement de G7 (dans la gamme de Do Majeur) et pouvant se substituer au G7, comme indiqué plus haut ce pourrait être Dm7, F∆7 ou Bm75b. Effectivement F∆7 va fonctionner malgré le Si à la melodie c’est le Diabolus in musica…l’écart de 3 tons (on dit  « Triton ») entre le Fa et le Si qui a été interdit par l’église dans la musique du moyen âge, mais nous ne sommes plus au moyen âge et en plus cela va susciter l’attention de l’auditeur ! (Une petite remarque tout de même, cette melodie est parfois jouée avec un Sib dans cette mesure et non un Si….sans doute finalement l’influence de l’église ! mais comme on le verra plus loin cela n’est pas forcément souhaitable harmoniquement parlant). Notons que la note Si n’est que de passage et le temps fort de la mélodie (c’est-à-dire la où la melodie se « repose ») reste la tierce de l’accord de Fa soit le La. La tierce, comme la septième d’un accord sont particulièrement bien adaptée pour être, dans la mélodie, un temps fort de la mesure.

Ce passage au 4ème Degré de la gamme (Fa pour une gamme de Do Majeur) sera d’ailleurs une constante dans la composition. Lorsqu’on écrit une chanson en Do (1er Degré), l’accord du 4ème degré (donc le Fa) a ceci d’intéressant qu’il permet de basculer dans une autre tonalité (puisque c’est le seul autre accord -en plus de l’accord du 1er Degré- de la gamme qui est un accord ∆7 et donc qui peut aussi s’entendre comme l’accord de 1er Degré de la tonalité vers laquelle on bascule) en se substituant à l’accord de 5ème degré de la cadence harmonique parfaite. Vous retrouverez cet enchainement d’accords dans une multitude de chansons.

Et si on bascule dans la tonalité de Fa, la cadence harmonique parfaite de cette tonalité (regardez le tableau plus haut) est C7 –> F∆7 (noté FaMaj7 dans les partitions, c’est une autre forme d’écriture de l’accord de 7ème Majeure). Ainsi l’accord de Do qui se trouve à la 10ème mesure doit être écrit C7 car il introduit le FMaj7 de la 11ème mesure.

Continuons nos substitutions de l’accord G7 pour coller à la mélodie. A la 5ème mesure G7 peut être remplacé par Dm7 pour faire une cadence II-V-I. Cette cadence va particulièrement bien « sonner » sur la mélodie.

A la 14ème mesure la melodie donne un Do alors que l’accord est G7. Ceci n’est pas harmoniquement souhaitable : la tierce de l’accord (un Si pour G7) va « frotter » avec le do de la melodie. C’est une autre constante de la composition : sauf effet volontaire il est préférable d’éviter que la note de la mélodie (quand ce n’est pas une note de passage bien sûr) soit ½ ton au dessus de la tierce de l’accord qui la soutient : éviter un G7 pour soutenir un do, éviter C∆7 pour soutenir un fa, éviter Dm7 pour soutenir un fa#, éviter F∆7 pour un Sib etc

Ecoutez ces différents exemple particulièrement « disgracieux »….

On va donc substituer l’accord G7 par un des accords de la gamme de Do Majeur ayant une fonction harmonique proche et qui contient la note Do donc Dm7 ou F∆7 comme on l’a vu plus haut, on substituera donc G7 par Dm7 qui contient un do (septième de l’accord) et qui permet de réaliser de nouveau la cadence II-V-I.

Avec ces différentes substitutions, notre « joyeux anniversaire » s’écrit désormais ainsi :

« Joyeux anniversaire »
« Joyeux anniversaire »

Une harmonisation complète de « Joyeux anniversaire »

Intéressons-nous maintenant aux différents accords de Do. La mélodie insiste sur le la, la sixte de l’accord de Do, le temps fort de la première mesure étant un la, il paraît logique de remplacer le C des deux premières mesures par un C6 (Do, Mi, Sol, La), de même pour le C des 7ème, 8ème et 9ème mesure (bien que pour la 9ème mesure, le Sol de la melodie pourrait « frotter » légèrement avec la sixte de l’accord de C6).

En ce qui concerne la 13ème mesure, on peut toujours substituer au C, les accords proches harmoniquement (Em7, Am7) comme vu plus haut ainsi supposons que nous remplaçons C par Em7 Am7 on arrive ensuite sur le Dm7 de la 14ème mesure. Quelle serait la cadence parfaite en Ré Majeur : A7 –> DMajeur. Nous verrons dans les articles suivants que la cadence parfaite peut aussi se conjuguer en mineur (cela jouera uniquement sur les « extensions » du 5ème degré de la gamme, nous verrons cela plus tard) soit dans le cas du Dm : A7 –> Dmineur. Nous avons alors pour les 13ème et 14ème mesure les deux possibilités de cadence harmonique :

Em7–> Am7–> Dm7–> G7–> C Tous ces accords étant construits sur les Degrés de la gamme Majeure de Do.

Ou avec une sonorité légèrement différente (car cela introduit un Do#, de l’accord de A7) :

Em7 –> A7–> Dm7 –> G7 –> C

Ecoutez ces deux enchaînements d’accords et retenez-les car ils seront souvent employés, en particulier pour les derniers accords d’une chanson.

Avec ces différentes substitutions notre « Joyeux anniversaire » devient :

Pour terminer l’harmonisation de cette melodie, recherchons l’accord qui permet de passer d’un accord de FMaj7 (11ème mesure) à un accord de Em7 (13ème mesure) en remplacement du G7 de la 12ème mesure. Il y a deux possibilités dont celle (nous verrons l’autre ultérieurement) utilisant le passage en mineur soit en utilisant Fm7 soit une cadence FMaj7–>Fm7–>Em7 mais la tierce de Fm7 étant un Lab , cela ne conviendrait pas si la mélodie est en train d’exposer un la ! Il faut donc dans ce cas que le la de la mesure précédente ne se poursuive pas sur la mesure de Fm7. On voit dans ce cas, que c’est l’harmonie (c’est-à-dire un bel enchainement d’accords) qui va prévaloir sur la mélodie.

Au final, une harmonisation complète (avec des accords de 4 sons) de la chanson « Joyeux anniversaire » peut être la suivante :

« Joyeux anniversaire »
« Joyeux anniversaire »

 

Nous sommes donc passées d’une harmonisation « basique » utilisant uniquement la cadence harmonique parfaite à une harmonisation plus complète permettant d’ailleurs d’écrire une orchestration de ce morceau.

Ecoutez ce que cela donne au piano :

Et avec une orchestration issue de cette harmonisation (écoutez les enchaînements d’accords et en particulier la basse qui les soutient) :

Le prochain article de cette série « composition et chanson » traitera des gammes mineures et leurs accords et des exemples de chansons bien connues construites avec ces gammes et accords. Nous aborderons ensuite les différentes extensions des accords.

Patrick Vabret