Dominique A

Dominique A sur scène
Dominique A sur scène

Dominique A, Ané de son nom, a 51 ‘années’ en 2019. Auteur, compositeur, musicien et interprète, est dans le circuit de la chanson francaise depuis plus de 30 ans.

Un père professeur, une mère au foyer, il vit sa jeunesse en province. A l’adolescence il dit avoir été marqué par des chanteurs new wave, ce qui lui donnera envie de chanter. Bac littéraire, puis quelques petits boulots à droite à gauche, dont dans une radio nantaise.

17 ans, et c’est le premier groupe de musique : John Merrick du nom du personnage principal du film « Elephant Man » de David Lynch. Comme beaucoup d’artistes de la chanson française, l’envie est venue vite et l’action a suivi avec les traditionnels petits concerts, dans la province nantaise, mais aussi un enregistrement d’un 45 tours.

 

Premières influences musicales de Dominique A

La new wave – la nouvelle vague – date des années 70, et a permis au rock de connaître un sursaut après qu’il eût été un peu effacé par le punk. Musique rythmée, un peu distante. Le style correspond à divers musiques de type rock, punk, voire avec une évolution pop.

La new wave utilise la musique électronique et s’inspire de différents styles allant même jusqu’au disco…Romantisme et sombres ambiances font partie de cet univers qui débouchera sur des genres de type rock gothique ou nouveaux romantiques notamment. Les années 80 sont celles de l’essor de la new wave. Les années 90 voient les groupes « The Cure » ou encore « Depeche mode » connaître un beau succès.

Dominique A dit avoir été marqué jeune par ces styles punk puis new wave .

Les débuts de Dominique A

Les débuts de Dominique A datent des années 1990. Son premier disque est produit par lui-même, « un disque sourd », heureusement il n’est pas muet….

Deux ans après, son deuxième album est produit cette fois par un label. « La Fossette » est remarqué par deux journalistes l’un de Les Inrockuptibles et l’autre de Libération. Il lui est alors possible de passer sur France inter. C’est la chanson « Le courage des oiseaux » qui est la plus diffusée et la plus reconnue.

C’est surtout en 1995 qu’on peut parler d’un premier succès. Le nouvel album « La mémoire neuve » contient un titre « le twenty-two bar » qui sera remarqué. Dominique A est révélation masculine aux Victoires de la Musique.

On parle de Dominique A comme l’un de ceux qui incarneraient la « nouvelle scène française » … Ce terme date des années 90 et concerne une pan de la chanson francaise et francophone. Les pionniers seraient Dominique A ou encore Chistophe Miossec, dans les sillons d’Alain Bashung notamment. C’était à cette époque une façon de différentier ces chansons françaises de la variété francaise. Le début des années 2000 voient apparaître une nouvelle vague de chanteurs y sont associés : Bénabar, Vincent Delerme, Renan Luce , Benjamin Biolay, Cali cette appellation s’est cependant progressivement un peu étendue à tous les chanteurs qui ne sont pas vraiment classables dans la variété.

Dominique A un succès progressif, un parcours sinuant ?.

Dominique A
Dominique A

Dominique A est dorénavant dans le paysage de la chanson francaise. Il va sortir de nouveaux albums, faire de nouvelles tournées mais aussi composer pour d’autres.

1999 : il sort un nouvel album, « Remué », un album noir, tourmenté. Il compose pour la musique d’un film, « banqueroute », il chante dans un album d’un autre chanteur, John Parish, etc.

En 2002, est marqué par un album d’Alain Bashung « l’imprudence », ce qui le conduit à demander à l’équipe qui a contribué à cet album de l’accompagner pour un nouvel album « tout sera comme avant » qui sort en 2005. Dominique A le dit lui même, il a été très influencé par Bashung, et il clamait partout son « amour » pour lui. Alain Bashung aurait entendu parlé de l’affection de Dominique A pour son album, aurait écouté « des trucs que j’avais fait , ça lui a plu » aurait dit Dominique A. Le succès de l’album n’est cependant pas au rendez-vous.

Dominique A aime la scène et en fait beaucoup à cette époque. Il s’essaye même à l’oversampling qui est une technique musicale consistant à créer un morceau en utilisant un sampler, à savoir un appareil qui enregistre les sons ou bribes de musiques et les rejouer en boucle. Au fur et à mesure, différents sons ou bouts de musique (riffs) se chevauchent, l’artiste pouvant alors chanter sur cette musique ainsi créée. Cette façon de créer en direct une musique est plutôt utilisée par des artistes en solo. L’accompagnement est par essence répétitif. Dominique A utilisera ainsi cette technique pour réorchestrer certaines de ses chansons sur scène.

les albums s’enchaînent

Les albums et tournées s’enchaînent. 2006 sort « l’horizon » qui serait selon Dominique A un album expérimental.

2007 et un premier album live est disponible : « sur nos forces motrices ». En 2009, il enregistre par ses propres moyens, utilisant un studio portatif, un nouvel album « La musique », de style électronique, le rapprochant de son premier album.

Pour les 20 ans de carrière, une intégrale de huit albums sort en 2012 : « cinq7 », avec de nouveaux titres . Suit alors le neuvième album « vers les lueurs ». Cet album change de style, il est très bien accueilli. Il est « artiste masculin de l’année » aux victoires de la musique de 2013.

Les albums se suivent avec « Eleor » en 2015, « toute latitude » en 2018 et « la fragilité ».

un style changeant Dominique A?

Tout au long de ces albums, Dominique A aura montré une capacité – voire une volonté – à modifier son style régulièrement. Une belle qualité artistique qui n’aura cependant jamais réussi à largement convaincre. Des variations peut-être un peu perturbantes pour son public ?.

Télérama,Valérie Lehoux :

« … après un disque sans flamme, Dominique A en sort un autre à l’ambiance très acoustique, ce qui, définitivement, lui va bien : de nouveau, ses mélodies entêtantes et sa voix vibrante — autrement dit, ses atouts éternels — bénéficient de l’espace nécessaire pour s’épanouir. On prendra donc plaisir à retrouver les fondements d’un style qui, au fond, sans réellement se renouveler, aura su se développer au fil des années. Le hic, c’est que sauf à être un pur faiseur, le style n’est pas une fin en soi, juste le véhicule d’un discours. Or que nous dit aujourd’hui Dominique A ? Il évoque le vieillissement (Comme au premier jour), le monde rural (Le Grand Silence des campagnes), la guerre (Le Ruban), la nécessaire acceptation de la vulnérabilité (La Fragilité), sans pour autant sembler lui-même particulièrement concerné par ce qu’il raconte — hormis sur La Poésie, bel hommage déguisé à Leonard Cohen. Comme s’il restait, à l’image d’une écriture sèchement descriptive, au seuil de ses propres émotions. S’il n’avait dans le passé commis des chansons captivantes, aux urgences brûlantes, on s’en satisferait sans peine. Mais on connaît les autres. Par conséquent, ces douze nouveaux titres, aussi aimables soient-ils, semblent trop convenus. La Fragilité insufflera une douceur bienvenue à notre quotidien. Sans pour autant le bouleverser. »

toute lattitude

Les Inrockuptibles

« …L’autre (Ndr album) est intitulé « Toute latitude » … Il est tout simplement parfait. Pourquoi ? Parce que Dominique A a d’abord su nous surprendre… Ceux qui ont aimé La Fossette et Remué – et ils sont nombreux – trouveront en Toute latitude un compagnon de route idéal. En ouverture, Cycle installe l’ambiance : c’est minimal, c’est sombre, c’est honnête. … Celle, humble et précise, qui anime toute l’œuvre de Dominique, et qu’il a encore réussi à renouveler et magnifier sur ce dernier album qui fixe dès la première écoute. C’est une certitude : Dominique A est encore l’homme qui écrit le mieux dans notre bas pays. Tête haute, toujours »

Macintosh HD:Users:sergepara:Documents:Pconsult:numsic:ARTICLES:serge:dominique a:photo dominique a 2.jpg Alors Dominique A est-il trop convenu ou est-il encore l’homme qui écrit le mieux ? Les avis le concernant sont parfois très différents… à vous de vous en faire une idée en allant écouter par exemple le titre « toute latitude » (voir article sur la chanson « toute latitude » )

Collaborations

Dominique A compose pour d’autres artistes. Certains plus connus comme Jane Birkin ou encore Calogero en 2009 pour l’album « l’embellie » et en 2014 en écrivant « elle me manque déjà » dans son album « les feux d’artifices ».

Etienne Daho reprend l’une de ses chansons pour un de ses albums « les chansons de l’innocence retrouvée ». Dominique A bichonne également une chanson pour Julien Doré dans l’album « Bichon ».

Il a aussi écrit une chanson pour Alain Bashung pour son album « Bleu Pétrole ». Bashung avait demandé à plusieurs auteurs compositeurs de lui écrire des chansons dont : Gaëtan Roussel (qui écrivit aussi pour Vanessa Paradis par ex.), Joseph d’Anvers (qui a écrit aussi pour Françoise Hardy), Gérard Manset (son nom sera le titre d’une des chansons de Dominique A), Arman Méliès (compositeur pour par ex. Hubert-Félix Thiéfaine ou encore Julien Doré). Mais ce titre proposé par Dominique A, « Immortels » ne sera pas inclus dans l’album. Il semblerait que Bashung étant malade à ce moment, ait craint des interprétations mal venues, que la chanson aurait inspirée.

Il le fait aussi pour des artistes moins connus comme Jeanne Balibar (qui est nominée au césar de la meilleure artiste en 2018 pour son rôle dans le film « Barbara ». Dominique A contribue notamment à son deuxième album « Slalom dame » de 2006) ou Françoiz Breut (chanteuse dont le premier album de 1997 a été composé majoritairement par Dominique A. Elle aura un enfant avec Dominique A en 1999). Il collabore avec des artistes comme Dominique Petitgand ou encore le groupe électro Oslo Telescopic.

Il a d’autres collaborations par ailleurs comme avec Laetitia Velma pour son album «Les eaux profondes », En 2006, elle collabore de son côté pour l’album « l’horizon » de Dominique A, et en 2015 pour la chanson « Au revoir mon amour » pour l’album « Eleor ».

Il l’a dit

Dominique A ne veut pas être étiqueté dans le domaine de la chanson à texte qui selon lui équivaudrait à une « chanson sans musique » … Ah bon ?

«  Je m’amuse plus en groupe, j’adore ça, mais pour employer des grands mots, la vérité,(ndr le mieux) c’est en solo. C’est un rapport d’un à un, l’artiste face à l’auditeur. Et puis, en tournée solo je ne suis jamais seul, je suis entouré par des gens avec qui je m’entends bien. Ce sont des moments de camaraderie encore plus forts qu’avec d’autres musiciens, car le cercle est plus restreint, on rigole plus. Après, l’expérience de groupe est musicalement hyper nécessaire et régénérante sur tous les plans »

trop de rap?

Hip-hop, rap dominent la musique d’aujourd’hui … (extrait de popniews) « Dans l’ensemble, ça ne m’intéresse pas vraiment, même s’il y a des choses qui ne me laissent pas insensible comme Lomepal ou Eddy de Pretto – mais pour moi, il fait de la chanson. Je vais peut-être sembler un peu réac, mais ce qui me gêne c’est cette complaisance dingue par rapport au discours de certains rappeurs sur les femmes, alors qu’il y a par ailleurs une libération de la parole quant à l’attitude de certains hommes. Ce serait des codes, il faudrait relativiser la nature du langage employé, ils ne diraient pas vraiment ce qu’ils disent, et puis ils ne sont pas vraiment comme nous… Mais « pute » ou « salope », pour moi ça a le même sens quelle que soit la personne qui emploie ces mots. Je vois une certaine condescendance dans ce discours, je trouve ça très faux-cul. 

Musicalement, je préfère le hip-hop des années 90, … Quant au fait que ces styles dominent commercialement et culturellement aujourd’hui, c’est indéniable, mais ce n’est qu’une énorme niche. La musique populaire aujourd’hui n’a plus le même sens que dans les années 80, quand presque tout le monde écoutait Michael Jackson. Il y a peut-être des millions de gens qui écoutent Maître Gims, mais ça n’a pas le même poids. On a dit que toute la France a pleuré Johnny, et personnellement je ne peux pas dire que ça ne m’ait rien fait, mais c’était surtout l’enterrement des Trente Glorieuses, de l’image d’un pays qu’on ne voulait pas voir disparaître, ça ne représentait pas la France d’aujourd’hui. »

Écrit par Serge Para

ma chanson française